mardi 30 août 2016

Nuit des chauve-souris

Il y a quelques jours c'était la nuit internationale des chauve-souris, pour sensibiliser le public à ces petites bêtes intelligentes et très utiles à l'homme, se nourrissant d'insectes et notamment des moustiques (une chauve-souris peut en avaler la moitié de son poids en une nuit ! ça vaut tout de même le coup d'en avoir sous son toit).
Malheureusement, même si elles sont protégées et qu'il est interdit de les capturer, de les tuer, elles sont menacées, leurs espaces de vie et de reproduction se réduisent telle une peau de chagrin et sont également victimes de produits chimiques, notamment les pesticides.

La semaine passée, pour nous protéger de la canicule, j'ai voulu fermer des volets que nous ne fermons pas d'habitude l'été car ce côté de la maison est caché par les arbres. Ce qui n'est pas le cas en hiver, d'une part pour ne pas être le point de mire de la vue des voisins, d'autre part parce qu'en fermant les volets au coucher du soleil en hiver, on évite les déperditions supplémentaires de chaleur.
Donc là je veux fermer les volets, je ne pense pas à regarder derrière... et catastrophe ! Pas moins de cinq chauve-souris s'y étaient réfugiées et ont été réveillées par mon geste, volant tout autour de la maison, affolées et aveuglées par le soleil éclatant... J'étais terriblement désolée ! 
J'ai guetté voir où elles allaient se réfugier, il y en a eu trois qui se sont mises entre la fenêtre du bureau et les volets entrebâillés, une a trouvé refuge derrière un volet d'une autre fenêtre (que je n'ai pas fermé du coup !) et la dernière s'est cramponnée au crépis, sous la pente du toit. 

La voici : 


On distingue bien ses oreilles et ses yeux !

Un peu plus tard dans la journée, elle avait un peu bougé. La nuit commençait à tomber, elle se réveillait petit à petit...


J'ai pu voir qu'elles ne sont pas grises comme je le pensais, mais de couleur marron, avec des reflets.

Les cinq chauve-souris ont quitté leur refuge à la nuit tombée et j'ai espéré qu'elles ne m'en ont pas voulu...

Désormais si en journée je veux fermer les volets, je pense à regarder avant ! 

Si vous voulez en savoir plus sur ces merveilleuses petites bêtes : 

Valérie

lundi 29 août 2016

Partir


Du jour au lendemain, Emily quitte son domicile, laissant derrière elle sa vie, une vie confortable. 
Elle arrive à Londres avec quelques affaires, l'argent qu'elle a économisé à l'insu de son mari. Rapidement elle trouve une colocation, un travail. 
Désormais, elle tente de se construire une nouvelle vie et d'oublier son passé.
Pourquoi a-t-elle voulu quitter sa vie et s'en reconstruire une autre ? Quel lourd secret cache-t-elle ?

Mon avis : Dès le début on est pris dans la lecture de ce livre. On devine dès les premières pages qu'Emily a vécu un drame, mais sans en dévoiler plus et évidement on a envie de savoir. Tout se dévoile au fil de la lecture, passionnante et prenante, puis petit à petit, l'intérêt s'est un peu émoussé pour moi avec les excès auxquels s'adonne Emily...
Peu avant la fin du livre on a la révélation de ce qui s'est passé. Bien sûr un drame. Puis la toute fin est trop simple, trop "convenue" à mon goût.
Si l'histoire tenait ses promesses au début ("un thriller psychologique haletant", d'après une critique de Madame Figaro, mentionnée sur la 4e de couverture) au final je suis déçue. Curieusement j'ai eu l'impression d'être trompée, flouée sur l'histoire... Je ne peux vous en dire plus faute de quoi je dévoilerais tout.
L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? Avez-vous eu le même sentiment que moi ? Je peux comprendre que ce livre ait plut à d'autres personnes, tous les goûts sont dans la nature, heureusement, mais j'aimerais savoir s'il y en a qui ont été également déçus...

Partir - Tina Seskis - Editions Pocket



mercredi 24 août 2016

A la montagne... on continue !

Alors que les élèves vont bientôt reprendre le chemin de l'école, je vous propose de retourner en vacances à la montagne avec une petite bouffée d'air frais (en plus il fait chaud, ça tombe bien !)...

Voici donc la suite de mes photos de montagne :

Nous étions montés à 2600 m en prenant télécabines et téléphérique.
Là-haut, la surprise fut de voir tout près de nous des restes de neige.



Ce jour-là, des orages étaient annoncés, les nuages étaient chargés. Il a commencé à gronder au loin..


Il faut l'avouer, la vue était splendide...


Les sommets enneigés, c'est magnifique !



Mes deux garçons surpris de voir de la neige en été...



L'orage grondait au loin et s'approchait, mais on ne s'en inquiétait pas encore...


On a pu voir des marmottes, pas facile à prendre en photo car mine de rien elles avancent vite





Au moment de vouloir repartir, alors qu'il pleuvait, on s'est rendus compte que le téléphérique était arrêté. On a attendu un (long) moment à l'abri, puis on sortait voir si le téléphérique repartait... On a alors entendu une voix dans un haut-parleur mais avec le vent, la pluie et l'orage on ne comprenait pas ! Et soudain la grosse roue du téléphérique s'est mise à tourner, les câbles à avancer et le téléphérique est arrivé !  Et là, le monsieur nous dit qu'à cause de l'orage ils avaient dû arrêter le téléphérique... En bas quand ils ont vu qu'on était au sommet grâce à une caméra, ils ont voulu nous parler d'où la voix dans le haut-parleur, mais ont vite compris qu'on n'entendait pas. Ils ont attendu un peu de voir si l'orage s'éloignait et ont pu relancer le téléphérique pour venir nous chercher. Sinon ils seraient venus nous chercher avec des véhicules...
Un peu plus on refaisait une scène du film "Les bronzés font du ski" et on aurait chanté "quand te reverrai-je pays merveilleux..."
On a tout de même été surpris qu'ils nous aient laissé monter là-haut sachant que les orages arrivaient...





Depuis où nous étions, vue sur la vallée, ici Méribel Mottaret


De retour à la Tania, la vue nous montrait les nuages et la pluie tomber au loin...



A suivre...

Valérie

mardi 16 août 2016

On va voir les vaches ?

Non, non, je ne vais pas vous parler d'un certain fromage en portions dont cette phrase faisait partie de la publicité...
Si j'avais eu du retard pour les 40 ans de ma cousine Laurence et lui ai offert le joli sac brodé seulement il y a quelques jours, en revanche pour son anniversaire cette année, je n'ai été en retard que de quelques semaines. Et c'est en même temps que son sac que je lui ai offert une nouvelle série de 3 vaches montbéliardes réalisée par mes soins... 






C'est la 3e série de vaches que je fais, après avoir réalisé la première pour mon amie tant regrettée Stéphanie, puis la seconde réalisée pour mon amie Carole. Je commence à avoir la main et ça devient de moins en moins difficile à réaliser (sans patron, je vous le disais ici : http://unlapindanslejardin.blogspot.fr/2015/10/meeeeuuuh.html).

Laurence a adoré ces petites vaches qui tout de suite ont été accrochées pour décorer l'entrée de sa maison !

Valérie

dimanche 7 août 2016

Mieux vaut tard que jamais...

Il y a 3 ans j'avais commencé à broder pour l'anniversaire de ma cousine Laurence, pour ses 40 ans. Je voulais lui faire une broderie de nos souvenirs communs.
Et puis le manque d'inspiration, de motivation à réaliser une broderie sans modèle défini et à partir de motifs piochés ça et là, ont fait que j'ai laissé de côté cet ouvrage.
Je l'ai ressorti cette année au cours du premier semestre avec l'objectif de l'offrir à Laurence pour son anniversaire. Il n'y avait pas grand chose dessus quand je m'y suis remise : la Tour Eiffel, la vigne et les petits motifs de plage et la pancarte "St Lunaire"... 
Voilà, c'est fait, c'est terminé et offert...



Les motifs et les phrases représentent bien sûr des souvenirs que nous avons. Certains mots ou bout de phrases ne sont compréhensibles que par nous deux et sont synonymes de rire quand nous les évoquons... 







L'intérieur, un tissu blanc à motifs ton sur ton, blancs aussi.


Je suis ravie d'être allée au bout de ce projet ! Et Laurence a adoré, vous vous en doutez...

Valérie

samedi 6 août 2016

Il était une lettre



Tina est mariée à Rick, alcoolique et qui la bat. Ses seules bouffées d'air sont son métier de dactylo et une friperie où elle est bénévole.
Un jour dans un des vêtements déposés à la friperie elle trouve une lettre. Celle-ci date du début de la seconde guerre mondiale et n'a pas été postée. C'est une demande de pardon et également une demande en mariage, écrite par un certain Billy. 
Tina s'étonne que cette lettre n'ait pas été envoyée à sa destinataire, Christina, dite "Chrissie" alors que Billy semblait véritablement amoureux.  
Tina va alors tout mettre en oeuvre pour que cette lettre parvienne à Chrissie.

Mon avis : un roman émouvant sur deux histoires qui se croisent et s'entrecroisent, deux destins brisés par la bêtise de deux hommes, mais deux histoires qui vont, grâce à cette lettre, trouver le chemin vers une nouvelle vie.
J'en ai trop dit je pense, mais cette histoire fait du bien à lire et je remercie mon amie Elodie pour m'avoir offert ce roman pour mon anniversaire. Je vous le conseille ! 

Il était une lettre - Kathryn Hughes - Editions Calmann-Lévy


Valérie

jeudi 4 août 2016

A la montagne

La suite des photos de nos petites vacances à la montagne. Je tiens juste à préciser que ça date de quelques semaines, je ne suis plus en vacances et j'ai repris le travail il y a quelques jours... ;-)

Depuis la Tania, il est possible, en été, de prendre gratuitement les télécabines qui montent au Bouc Blanc, à 2000 m.
On en a profité et là le paysage était déjà bien sympathique !



 





Il fallait bien redescendre et après hésitation de ma part, nous avons décidé de retourner à la station par un sentier. 600 de dénivelé, bon en descente c'est pas trop difficile, quoi que, il y avait des endroits pas faciles à passer. Si pour moi ce sont les genoux qui ont senti ce dénivelé, pour mon grand ado ce sont les chevilles. Chacun son truc ! ;-)
En cours de chemin, de jolies choses à voir, ici un rhododendron sauvage...


Ici, un couloir à avalanches (là où il y a les pierres)...


A suivre...

Valérie

dimanche 31 juillet 2016

Au calme

Où fait-il bon passer des vacances si on veut être au calme ? A la montagne bien sûr !  C'est là où nous sommes allés passer une semaine, en Savoie. Ce n'était pas la destination où nous devions aller mais un méchant concours de circonstances a tout chamboulé... Bon là, l'avantage c'est qu'on n'avait pas trop loin à aller, on est partis peu après le déjeuner. Et autre avantage : peu de circulation.

A moins de une heure trente de notre arrivée on apercevait les premières montagnes. 


A une heure de route de la destination, il faisait chaud !


Les sommets sont de plus en plus haut





En cours de route les vestiges d'un château médiéval


La destination s'affiche enfin sur les panneaux de direction, c'est qu'on approche ! On va où au fait ? A la Tania.



On est sur le parking de la résidence, ouf ! A presque 1 400 m d'altitude il fait 7°c de moins tout de même qu'en bas...


Mais ça c'était pour vous mettre en appétit, la suite dans les jours à venir... ;-)

Valérie